Une lettre ouverte aux étudiants militants québécois

La raison pour laquelle je vous adresse 

Je suis étudiante au doctorat à Emory University (Atlanta, Georgie, U.S.A.) et j’ai été vraiment impressionée et inspirée par les succès que les étudiants québécois ont achevés en luttant contre l’abus de pouvoir dans les administrations académiques.  Je vous contacte parce que je suis membre d’une association étudiante à Emory qui a organisé plusieurs manifestations sur notre campus pendant l’an dernier. Cette réaction communautaire était éveillée suivi de l’annonce, par l’administration d’Emory, de la fermetures de sept départements académiques en Septembre 2012*. Ces décisions était instaurés d’une manière obscurante, et sans consultation des étudiants ni faculté.

Manifestation sur campus le 4 déc, 2012. On a occupé le bureau du président pour montrer notre opposition aux mesures d'austérité promulguées par l'administration. (David Goldman, AP)

Manifestation sur campus le 4 déc, 2012. On a occupé le bureau du président pour montrer notre opposition aux mesures d’austérité promulguées par l’administration. (David Goldman, AP)

Ce type de manifestation est plutôt nouveaux pour le monde ici, mais j’imagine que ce genre de chose est bien connu parmi vous – peut-être a cause de la vie politique bien plus progressive au Québec qu’ici. Il a fallu un évolution pour qu’on pouvait se transformer d’étudiant au étudiant et militant, et de solidariser des gens aux mêmes esprits. En plus, nous se sommes trouvés engager dans encore une autre lutte – la gouvernance de notre propre association. Au même temps qu’on essaie de répondre avec sagace aux actions de l’administration, on s’occupe à créer notre propre corps démocratique (ou bien, on se débrouille!).

Un des plusieurs policiers qui surveillait les étudiants partisans au dehors d'un rencontre avec les étudiants, le Président, et le doyen du Collège en janvier 2012.  (Evan Mah, The Emory Wheel)

Un des plusieurs policiers qui surveillait les étudiants partisans au dehors d’un rencontre avec les étudiants, le Président, et le doyen du Collège en janvier 2012. (Evan Mah, The Emory Wheel)

La vie académique actuelle aux E-U

Mais il paraît que on n’est pas seul – il y a quelque chose qui bouge maintenant aux Etats-Unis en ce qui concerne l’éducation universitaire – les étudiants en ont eu marre. Un thème important est que le frais de scolarité, déjà cher aux E-U, continue à accroître aux taux beaucoup plus hauts que l’inflation. Du même coup, le nombre d’administrateurs (soit doyen, soit vice-président) et leur salaires s’augmentent d’une manière téméraire.  Les mobilisations à l’University of Michigan (où ils ont adopté le carré rouge québecois comme image de leur lutte). J’ai appris que plusieurs autres étudiants aux nombreuses universités américaines sont en train de se mobiliser pour défendre la valeur et les droits des étudiants. Au dernier compte ça dépasse 20 universités américaines où il existe des associations étudiantes.

Zach Feldman, étudiant d'Université de Michigan (à gauche) nous a rendu visite en printemps 2013 pour nous raconter ses expériences comme organisateur de SUM (Student Union of Michigan). Ce groupe lutte pour la réduction de frais de scolarité.

Zach Feldman, étudiant d’Université de Michigan (à gauche) nous a rendu visite en printemps 2013 pour nous raconter ses expériences comme organisateur de SUM (Student Union of Michigan). Ce groupe lutte pour la réduction de frais de scolarité.

Un appel à la solidarité 

Ceci est pourquoi j’écris cette lettre. Quand on discute les associations étudiantes universitaires, on entend souvent parler des associations québecoises. Il est important que vous sachiez que je vous écris en tant que moi même (et non pas en tant que représentant de l’université ou des autres universités américaines). Je serais tres intéressée de savoir l’opinion des étudiants québecois sur la possibilité de la création d’une fédération entre associations étudiantes aux différentes universitaires comme FEUQ et FECQ en Québec? Maintenant, comme nous sommes des associations assez jeunes, notre souci le plus important c’est de continuer à solidariser les étudiants et de répondre efficacement aux administrateurs. Est-ce qu’il y a des étapes concrètes que vous suggéreriez? Recommandez-vous que nous essayions à se former en fédération en ce moment-ci, pendant que les gens se sont impassionnés et les médias se sont plus au moins interessés par le sujet, ou soit-il mieux d’attendre pour que les associations étudiantes mûrissent encore un peu?

A-t-il Anarchopanda un camarade aux E-U qui peut venir nous inspirer? (canoe.ca)

A-t-il Anarchopanda un camarade aux E-U qui peut venir nous inspirer?
(canoe.ca)

Merci bien pour votre attention. Le travail des groupes comme le FEUQ, le FECQ, et autres est une source d’inspiration. Je veux surtout vous montrer notre solidarité (des étudiants militants americains) avec les étudiants militants québecois.

Bien amicalement,
Katherine Bryant
@evoneuro*Les informations sur l’association étudiante à Emory (le SRC-Student Re-Visioning Committee) sont disponible au blogue (http://stopthecutsemory.wordpress.com/), page facebook (facebook.com/EmoryCuts), et Twitter (@Emorycuts). Une petite sommaire de nos actions est ici: http://stopthecutsemory.com/src-history/.
395724_407902899306914_1394353457_n
Advertisements

Your thoughts?

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s